UDL_COBRANDING_ENS.jpg

L’École normale supérieure de Lyon

L’École normale supérieure de Lyon forme – par et pour la recherche – des étudiants motivés, qui ont le désir d'apprendre. Elle regroupe toutes les disciplines en dehors du droit et de la médecine. C’est un creuset pour la recherche fondamentale : en association avec les organismes nationaux de recherche, l’ENS de Lyon regroupe une trentaine de laboratoires et de plateformes pluridisciplinaires. C’est également est un établissement ouvert sur son environnement : partenariats industriels, actions auprès des communautés éducatives, politique de partage de la culture artistique et scientifique, tels sont les prolongements des missions fondatrices de l’École. L’ENS de Lyon entretient un réseau d’échanges avec les plus grandes universités internationales ce qui concourt à sa reconnaissance au meilleur niveau. Elle est aujourd’hui classée 3e meilleure université française à taille humaine (classement Times higher education 2021). 

École normale supérieure : ce que les mots veulent dire

École avant tout, car la mission première des ENS est de transmettre les savoirs issus des productions scientifiques qui fondent la connaissance. Le mot normale décrit le rôle qui consiste à expérimenter et à partager les bonnes pratiques académiques de la formation par la recherche, dans l’esprit de la première ENS du 9 Brumaire An III (1794). Supérieure – toute humilité mise à part – renvoie à l’appartenance et la contribution des ENS à l’enseignement supérieur.

Fondées dans les années 1880 (loi J. Ferry), les ENS de Fontenay et de Saint-Cloud ont rejoint Lyon en deux temps. En 1987, les sciences font leur première rentrée dans le quartier de Gerland, suivies des lettres et sciences humaines et sociales en 2000. Aujourd’hui, l’ENS de Lyon est très impliquée dans le développement de l’écosystème du site de Lyon Saint-Étienne.

Trois règles guident son action : la promotion d'approches multidisciplinaires, le suivi individualisé des parcours adaptés aux projets des étudiants, la nécessité de respecter les temps longs de la formation et de la recherche. Près de 80% des étudiants en master à l’École soutiennent une thèse de doctorat. Immergés dans les laboratoires, les doctorants bénéficient d’un taux d’encadrement exceptionnel.

Repousser les limites de la connaissance, innover, valoriser

Avec plus de 1500 publications annuelles dans des revues internationales et 50 000 citations, l’ENS de Lyon contribue sans cesse à la production des connaissances. L’Europe a accordé 32 ERC (European Research grants) aux chercheurs de l’École. Chaque année, des chercheurs ou anciens élèves sont reconnus par la communauté scientifique : Étienne Ghys et Patrick Flandrin sont actuellement Secrétaire perpétuel et Président de l’Académie des sciences.

Les entreprises peuvent bénéficier d’un transfert de connaissances en s’adressant au service Valorisation : plus de 300 collaborations sont en cours aujourd’hui, parmi elles Clarins, L'Oreal, Sanofi, Biomérieux, EDF, Total, Rhodia, etc.

UDL_COBRANDING_ENS.jpg

L’École normale supérieure de Lyon

L’École normale supérieure de Lyon forme – par et pour la recherche – des étudiants motivés, qui ont le désir d'apprendre. Elle regroupe toutes les disciplines en dehors du droit et de la médecine. C’est un creuset pour la recherche fondamentale : en association avec les organismes nationaux de recherche, l’ENS de Lyon regroupe une trentaine de laboratoires et de plateformes pluridisciplinaires. C’est également est un établissement ouvert sur son environnement : partenariats industriels, actions auprès des communautés éducatives, politique de partage de la culture artistique et scientifique, tels sont les prolongements des missions fondatrices de l’École. L’ENS de Lyon entretient un réseau d’échanges avec les plus grandes universités internationales ce qui concourt à sa reconnaissance au meilleur niveau. Elle est aujourd’hui classée 3e meilleure université française à taille humaine (classement Times higher education 2021). 

École normale supérieure : ce que les mots veulent dire

École avant tout, car la mission première des ENS est de transmettre les savoirs issus des productions scientifiques qui fondent la connaissance. Le mot normale décrit le rôle qui consiste à expérimenter et à partager les bonnes pratiques académiques de la formation par la recherche, dans l’esprit de la première ENS du 9 Brumaire An III (1794). Supérieure – toute humilité mise à part – renvoie à l’appartenance et la contribution des ENS à l’enseignement supérieur.

Fondées dans les années 1880 (loi J. Ferry), les ENS de Fontenay et de Saint-Cloud ont rejoint Lyon en deux temps. En 1987, les sciences font leur première rentrée dans le quartier de Gerland, suivies des lettres et sciences humaines et sociales en 2000. Aujourd’hui, l’ENS de Lyon est très impliquée dans le développement de l’écosystème du site de Lyon Saint-Étienne.

Trois règles guident son action : la promotion d'approches multidisciplinaires, le suivi individualisé des parcours adaptés aux projets des étudiants, la nécessité de respecter les temps longs de la formation et de la recherche. Près de 80% des étudiants en master à l’École soutiennent une thèse de doctorat. Immergés dans les laboratoires, les doctorants bénéficient d’un taux d’encadrement exceptionnel.

Repousser les limites de la connaissance, innover, valoriser

Avec plus de 1500 publications annuelles dans des revues internationales et 50 000 citations, l’ENS de Lyon contribue sans cesse à la production des connaissances. L’Europe a accordé 32 ERC (European Research grants) aux chercheurs de l’École. Chaque année, des chercheurs ou anciens élèves sont reconnus par la communauté scientifique : Étienne Ghys et Patrick Flandrin sont actuellement Secrétaire perpétuel et Président de l’Académie des sciences.

Les entreprises peuvent bénéficier d’un transfert de connaissances en s’adressant au service Valorisation : plus de 300 collaborations sont en cours aujourd’hui, parmi elles Clarins, L'Oreal, Sanofi, Biomérieux, EDF, Total, Rhodia, etc.

Lieu.png